dimanche 9 mars 2014

il y a







Il y a des histoires de soif et de faim 
de manque certain 
de ces choses muettes que les enfants perçoivent 
appétit de la vie 
malgré la grande misère 

il y a ces enfants 
qui sont frères de sang 
de lait et d’asphalte 
verticalité de l’âme 
nuit intérieure où baigne l’éternelle dépouillement 
de l’être   des mots 
des miettes
du temps

                           il y a
                           c'est certain
                           tous ces crèves-misère
                           ces visages qui ont faim
                           et les maux
                           en travers de la gorge
  





Crève misère by Georges Chelon on Grooveshark

5 commentaires:

Patrick Lucas a dit…

toute cette misère
là où tout brûle de froid
dépouillé de tout
et la vie au fond des yeux
étincelle d'amour ou d'envie
en morte saison
la terre est vide
elle fut nourricière
pourtant

François a dit…

"Elle est terrible aussi la tête de l'homme
La tête de l'homme qui a faim
Quand il se regarde à six heures du matin
Dans la glace du grand magasin"
Jacques Prévert

arlettart a dit…

Absence ils sont là, mais en absence personne ne les voit
Emotion devant 46 portraits "d'absents"
Fondation Maeght Djamel Tatah

renaud a dit…

Il y a beaucoup d'humanité et de révolte
dans ce beau texte.
Il y a de la soif d'amour et de la faim de reconnaissance en même temps que du besoin de boire et de manger.
Il y a la vie, même en miettes.
Amitiés.

Estourelle a dit…

Merci de secouer
nos indifférences
léthargiques
et Ô combien
F. Béranger
les secouait
Merci à lui
aussi