samedi 19 octobre 2019

passage







          Passage 
          les arbres se penchent 
          et content des histoires aux enfants 
          dans les oreilles 
          sous les branches 
          chuchotis 
          baisers de mots 

          ruban de brume
          le vert est tendre 
          la berge absente
          les nymphes chantent

          une déchirure
          une griffure
          cœur bouleversé 
          les yeux noyés 

          piqûre violente 
          et eau rayée
          sur l'oreiller

          barque détachée 
          barque perdue   loin dans l'écume 
          dans le gouffre de la pensée
          coquilles ouvertes et refermées


          heureusement 
          il y a les plumes et cette cime aux fleurs
                                          c'est beau 




jeudi 17 octobre 2019

va ose avance



 




                        Ta peine est grande 
                        entre les herbes 
                        houseaux épinglant 
                        le mensonge au soupçon 

                        ose le geste 
                        la caresse du vent 
                        jette tes pleurs
                        avance 
                        fais ce qu’il te reste à faire









mardi 15 octobre 2019

visage lavé







                         Tout est tout 
                         et tout de rien 
                         comme dans un rêve 
                         si loin 
                         l’enfant en nage 

                         le chaud le froid 
                         en haut en bas 
                         début et fin 
                         à peine perdue 
                         livre et signet 
                         la vérité 
                         est relancée 
                         la vie en plan 
                         évidemment 

                         le premier mot 
                         le tout premier 
                         chercher   trouver 
                         et composer 
                         le rien 
                         le tout 
                         et sans repos 
                         la chute sans fin 
                         goutte du mot 

                         la route 
                         en soumission 
                         la pierre jetée 
                         le cœur gonflé 
                         en suspension 
                         noyé   rempli et puis pressé 
                         marchons encore 

                         sortir du rien 
                         et regarder 
                         se poser et demander 
                         au vent brisé 
                         la peur rivée 
                         une armistice     
                         le mot   l’instant est pour l’oiseau 
                         perdu défait 
                         sur le chemin 

                         il y a 
                         il n’y a plus 
                         une fois et plus 
                         une rencontre 
                         la tête haute 
                         et la passion 
                         la déraison 
                         le temps oiseux 

                         furies d’avant 
                         vaines querelles 
                         le tout surtout 
                         au pied levé 
                         arrière du temps 
                         la main posée 
                         visage lavé 
                         de toute frayeur






merci anonyme


dimanche 13 octobre 2019

en attendant







Colère  et déraison
l'esprit  du  temps
quand  tout se tait
au cœur de l’intime
l’ inutile  passion 



***



Du temps l'esprit
est-il de taire,
colères, déraisons,
passions : inutiles.