dimanche 24 janvier 2021

et Miró ce boléro

 
 
Joan Miró / portrait d'une danseuse
 
 
 
 
                      Et Miró
                      ce boléro
 
                      en Catalan
                      se moque    se moque
 
                      tête d’épingle
                      ce presque rien
                      sur ripolin
                      bouchon en liège
                      plume d’oiseau
                      épingle à chapeau
 
                      tête de linotte
 
                      danseuse frivole
                      épinglée 
                      tel un papillon
                      sur toile vierge
                                amusée
 
                      au musée 
 
 
 
 
 
 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
                                                   léger et lancinant 
                                                   boléro 
                                                   plume qui danse 
                                                   ou cloué 
                                                   sur la toile 
                                                   mouvement 
                                                   et figé 
                                                   paradoxe 
                                                   des instants 
                                                   et du temps 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

samedi 23 janvier 2021

vendredi 22 janvier 2021

beauté de l'imparfait

 à Brigitte Célérier, Brigetoun ou paumée


photo de Brigitte Célérier   ICI
 
 
 
 
 
Beauté des lignes imparfaites 
mais qu’est-ce que l’imparfait 
sinon l’incomplet    l’inachevé 
une action réelle située dans le temps 
taches bien réelles d’une pluie hors du temps 
dans une cour en Avignon un dallage imparfait 
il est plus-que-parfait    antérieur à l’imparfait 
je l’aime en ses lignes brisées   accidentées   reprisées 
raccommodages de la vie aux couleurs tranchées 
jointures à l’excès   désajustées 
tout là-haut   derrière les volets clos 
un œil a capté cette beauté de l'imparfait
l’œil éclairé d’une vieille dame émaciée 
 
 
 
 
 

mercredi 20 janvier 2021

l'œil


 
 
 
 
Œil recyclé 
recomposé en rêve familier 
grandes manœuvres 
vaisseau fantôme 
à la naissance de la nuit 
 
Œil du navire 
capitaine aux longs cours 
horizon lessivé 
de tempêtes déchaînées
cécité 
 
Œil de Caïn 
racine souterraine 
"Satan déguisé en ange de lumière"* 
la coquille se vrille 
le bateau fait naufrage 
 
Œil du Maître 
Phèdre y mettrait l'œil de l'Amant 
"vous serez l'œil, Marie"** 
"un amour dans la bouche   un bel oiseau"***
de feu
 
 
 
 
 

* (Matthieu 4:1-11 ; 2 Corinthiens 11:14) 

** Pierre Marbeuf (L’anatomie de l’œil ) 

*** Paul Éluard (Suite 2 / Répétitions) 

 


 ***


                                                                                      l'œil du sang 
                                                                                      rouge terreur 
                                                                                      qui pulse 
                                                                                      dans toute chair 
                                                                                      l'œil pulsar 
                                                                                      si dense si noir 
                                                                                      qui tourne si vite 
                                                                                      qu'il émet des rayons X
 
 
 
 
 

mardi 19 janvier 2021

lundi 18 janvier 2021

entre Eluard et Chagall ...

Fragments ininterrompus
 
 

Paradis / Lithographie de Marc Chagall
 
 
 
 
Belle 
nous sommes corps à corps nous sommes terre à terre 
parce que le corps et l’âme se compromettent ensemble 
en la extensión absurda de la dicha cruel 
 
dans l’asile de nos jours 
de solitude en solitude vers la vie 
puisqu’il n’est plus question de force 
il y a les maquis couleur de sang d’Espagne 
 
dit d’un jour 
dit de la force 
de détail en détail 
le jour est paresseux mais la nuit est active
cada estrella a la noche ascendente 
 
ce bain de larmes heureuses 
et cet amour plus lourd que le fruit mûr d’un lac 
nous naissons de partout nous sommes sans limites 
à notre mouvement   sans saisons  
 
 
âne ou vache   coq ou cheval
nous vivons dans l'oubli de nos métamorphoses 
 
 
 
 
 

[(Tous les vers sont extraits de : Le dur désir de durer / Paul Eluard), je n'ai rien inventé, simplement désordonné]

 

 

samedi 16 janvier 2021

" où va le blanc quand la neige fond ? "*

 

 
 
 
 
Blanc d’un ciel d’hiver. Songes. Hier en enfance. Grand silence. La neige tombe. Blanc originel d’une image d’Épinal. Danse des étoiles dans leurs robes de fête,  paillettes, cristal. Nuit magique et d'antan. Jour blanc. Lumière, flocons, douceur cristalline, toits de coton, quiétude divine. Traces à peine perceptibles du rouge-gorge, en quête de pitance. Virginité du paysage, grand silence blanc. Le soleil embrase tout ce blanc, alors les yeux de la neige scintillent, son cœur chantonne une comptine avec les anges.
 
Là-bas, dans les sous-bois passe un homme à cheval, seul, en grande solitude hivernale. Il va en silence, il va, ne se retourne pas. 
 
Le blanc est de plumes, d’oies que l’on plume. Boules de neige d'un champ de bataille, Dargelos referme le livre blanc et se réveille comme d'une hypnose. Le blanc est à la fête, le blanc nous fait perdre la tête. Nuit blanche, nuit évanescente. L’hiver ôte ses gants de scène, et de sa main d'argent gifle le décor. Joue brûlante,  yeux noyés, la neige fond en larmes. Éblouissement et cri dans la flaque. Éclaboussure comme une gerçure. Rêve liquéfié. Le paysage en rigoles.
 
Là-bas, dans le sous-bois, va un homme à cheval, seul, en grande solitude, il va en silence, il va sans se retourner, emportant tout le blanc… tout ce blanc évanoui de la neige mourante… 
 
 
 
 
 
***
 
 
 
peinture de Robert Ryman

 
 
                                                          Où il va ? 
                                                          Dans les noirs 
                                                          Et cela fait du gris. 
 
                                                          Dans la terre 
                                                          Et cela fait de la gadoue. 
 
                                                          Et là, tous ces blancs 
                                                          Retournent à la rivière, au fleuve 
                                                          À l'océan.  
 
 
 
 
 
 
***
 
 
 
Robert Ryman / Grey Drawing


 
 
 Questions blanches pour les enfants : 
 
Pourquoi la neige ?  Pourquoi fond-elle ?  Où va le blanc ?  Et qui l’appelle ? 
 
 
À voix basse la neige répond : 
 
   - Silence !  Écoute !  Ce blanc immense est ma raison, lorsque je fonds le blanc se meut, s’émeut, et va promener sa peine en des nuits longues et blanches. 
 
J... 
  
 
 
 
 
***
  
 
 
 
  
 
 
***
 
 
 
Octavio Ocampo / Marlena

 
 
Romance brève d’une dame blanche
au cœur de gel et mains glacées
le blanc n’est autre qu'une illusion
 
Anonyme 
 
 
 
***
 
 
 
Robert Ryman / Classico 3

 
 
LE BLANC VA DANS LES PAGES DE MES LIVRES
 
                                                        Les pages de mes livres 
                                                        Ont une vie difficile 
                                                        Il y tombe des larmes 
                                                        Aussi bien que des rires 
 
                                                        Les pages de mes livres 
                                                        Blanchissent dans la nuit 
                                                        Putains se refont une virginité 
 
                                                        J’aimerais que Villon les lise 
                                                        Clément Marot et Jean Tardieu 
                                                        Ce sont poètes qui m’inspirent 
 
                                                        Les pages de mes livres m’obligent 
                                                        à persévérer
 
 
 
 
 
 
 ***
 
 
 
Marc Chagall / l'ange chassant Adam et Eve du Paradis (détail)
 
 
 
 
Au paradis.

Annick B
 
 
 
 
 ***
 
 
 
 
Robert Ryman - 1962

 
 
 
                                                       Le blanc va dans les silences 
                                                       dans les interstices 
                                                       entre les mots 
                                                       entre les lignes 
                                                       dans les failles 
                                                       les creux les soupirs 
                                                       dans les silences 
                                                       des regards songeurs 
                                                       de l'enfant rêveur 
                                                       du poète hésitant 
                                                       en léger déséquilibre 
                                                       sur la toile du temps
 
 
Estourelle
 
 
 
 
***
 
 
 
*On attribue à Shakespeare cette subtile et géniale question,
à vous d'y répondre  si le cœur vous le dit.