vendredi 23 avril 2021

traces


 
photo de Brigitte Célérier   ici

 
 
 
Sur la pierre    des blessures    des marques rectilignes 
comme un tatouage initial         une promesse ancestrale 
deux corps se font face    porteurs d'ombre et lumière
esquisses verticales d’un projet d’ouverture 
 
vœu    serment    souffle    désir de vie
 
une respiration dans le cœur de la pierre 
un soupir minéral dans ce corps séculaire 
 
un cœur bat dans cette nuit originelle 
un noyau de feu   une braise éphémère 
un secret solennel empli de mystère 
 
stries   rainures   césures    comme éraflures
 
traces d’une écharde   d'une dent aiguisée
la morsure acérée d’un monstre de métal 
 
 
 
 
 ***
(ces traces sur la pierre me renvoyèrent à ces traces posées sur un carnet en novembre 2018)
 ***
 
 
 
 
 
 
 
 
sur pages blanches
traces indélébiles
empreinte d'encre





mercredi 21 avril 2021

le temps passé


 

 
 
 
 
                  Une herbe 
                  une coquille sous les branches 
                  une blessure comme une gerçure 
 
                  plantes en souffrance 
                  dans ce jardin sans retour 
                  illusions disparues 
 
                  main sur le cœur 
                  le remord en épingle 
                  chemin perdu 
                  racines anciennes 
                  égarement 
 
                  cailloux sous les genoux 
                  le vent tranche les cœurs 
                  lambeaux de larmes 
                  le ciel pleure 
                  graines acerbes 
 
                  la rouille est sur la joue 
                  de la jeunesse en pleurs 
                  silence frémissant 
                  à l’intime de la terre 
                  cœur de braise 
 
                  coquille sous les branches 
                  cœur brûlé sur la tranche 
                  puits de mots ciselés 
                  vertige 
 
                  « effroyable jardin » 
                  grenade ouverte     pépites rouges 
                  oiseaux en feu dans le ciel cramoisi 
 
                  rien ne bouge 
                  morsure du temps 
                  papier jauni 
                  l’enfance est loin 
 
                  sous les branches
                  coquille brisée 
                  silence de traîne
                  cœur en apnée
 
 
                  le temps passé
 
 
 
 
 
 
 merci à Michel

  
 
 
 
 
 

mardi 20 avril 2021

"Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens

Qui chantent les transports de l'esprit et des sens."

 

 
   
 
 
 
 
 

lundi 19 avril 2021

eau de vie

 
  
 
 
                        Eau de vie fantaisie 
                        le sérieux de la vie 
                        en rose et bleu 
                        les cendres du lit 
 
                        une pluie d’étoiles 
                        embrase le ciel 
                        concert de plumes 
                        écume de neige 
                        et mots en colonie 
 
                        anathème de la nuit 
                        eau du jour
                        en sursis  






dimanche 18 avril 2021

Morice Benin

j'apprends par hasard ce jour son décès le 19 janvier 2021


Hommage


   

   

   
 
 
 
 
 

samedi 17 avril 2021

oisiveté



 
 
 
 
Dans oisiveté
il y a oiseau
il y a oiseux
et puis oiseuse
il y a oiselet
et sa mère l’oie
il y a oisif
et puis lascif
il y a oiselle
et oisillon
et puis oiseleur
il y a lasciveté
aussi brièveté
dans oisiveté
il y a vacuité
disponibilité
immobilité
il y a oie
il y a si
il y a vœux
il y a thé
dans oisiveté
il y a paresse
à c’qu’il parait
 
moi
je oisive
en liberté
fraternité
et
inégalité




***



merci à Michel 
 
 
  
 
 
 
 
 
Dis-moi, Daphénéo, quel est donc cet arbre
Dont les fruits sont des oiseaux qui pleurent ?
Cet arbre, Chrysaline, est un oisetier
Ah !
 
Je croyais que les noisetiers
Donnaient des noisettes, Daphénéo
Oui, Chrysaline, les noisettiers
Donnent des noisettes mais les oisetiers
Donnent des oiseaux qui pleurent
Ah !