vendredi 23 août 2019

l’âme en suspens







               Dormir

               l’âme en suspens
               souvenir incrusté au pli de la raison

               silence vert
               refuge de l’aube tressée de ferveur
               grain de miel pimenté
               perles effeuillées

               langueur
               griffures sur les jardins
               lassitude des longues chevelures
               fronts baissés
               terre enivrée

               l’âme en suspens
               au pli de la raison
               souvenir incrusté
               l’âme en suspens

               dormir









mercredi 21 août 2019

vozes lejanas*







Voix lointaines, bruissement d’ailes, la mort éclipsée en un sourire. Tombe de cire. Soleil froissé, la vie dedans, un rayon en extase. Le ciel est rayé de couleurs printanières, la plume à l’œil, l’encre au cil. Un nuage passe au loin, là-bas là-bas, un merveilleux nuage. La porte est refermée sans serrure et sans clé. Le jour nait. 

Lèvres entrouvertes, une bouche rose avale la cendre. Le feu éteint sommeille dans l’ombre. Le silence grandit, la terre s’étire, ses graines respirent, l’humus est si tendre, confidences du jour. Sur la pierre nue au soleil "el lagarto y la lagarta con delantalitos blancos"** saupoudrent le matin de sucre doux. 

Le bonheur installé dans le jardin frotte les peaux, peigne les cheveux et ouvre au grand jour le visage de ceux revenus d’entre les limbes. Les arbres disent le monde, leurs doigts tissent l’air, pétrissent les corps d’argile, l’émerveillement, l’étonnement et la gratitude. 

Couleurs d’or, les nymphes au jardin dansent sous les feuilles, enflamment les regards. Leurs ombres passent vite et s’enfuient sans qu’on puisse les saisir, libres elles illuminent les âmes sorties de la nuit. Fragilité du jour, comme du verre. La soif, la faim, le désir. 

La joie est là, dans la terre, dans la graine éclose, sur les genoux du jour au cœur du sablier. L’amour nait d’entre les pierres, la raison griffe les fleurs au cœur, suave agonie, la vie, le rêve éclot dans la brèche d’un pétale. 

Les oiseaux sont de passage et enlacent la beauté. Ils sont piétons du jour, chorégraphes éphémères de l’éternité. La vie, la mort, amantes du premier jour, l’enfant le sait sans même avoir vu leurs bouches avides, leurs cœurs gonflés, leurs corps de terre et d’eau. 

Les oiseaux, les nuages, les cailloux, les branches et les fleurs, rien ne vient perturber ce silence, cette solitude bonne et généreuse, cette lumière bienfaisante qui éclaire en grand le jardin offert. Morsure du jour dans la chair fertile, goût de terre dans la bouche. Naissance. 

Au commencement, le jour, l’humide, le tendre et le bruissement des feuilles. Larmes de rosée. Pluie de lumière entre les branches. La joie. La vie aujourd’hui. L’avenir. La confiance et le doute. Fragments étincelants de vie ici et là.









* -voix lointaines-

** "El lagarto y la lagarta con delantalitos blancos."
-Le lézard et la lézarde en petits tabliers blancs-
Federico García Lorca

lundi 19 août 2019

dans le jardin







Dans le jardin. Pointillisme. Les enfants de la nuit s’embrassent debout. Homme libre, passion du condamné, femme affranchie. Fleurs d’azur, intervalle, amour insoupçonné, la vie dans les veines. Un enfant va naître. 

Le paysage est volage,"comme une fille qu'a les yeux qui brillent."











dans le jardin
la vie reprend
ses droits
tout sera bien
demain est loin
dans le jardin
les fruits offerts
aux lèvres fraiches




dimanche 18 août 2019

pour Michel


Le gardien du phare aime trop les oiseaux







Des oiseaux par milliers volent vers les feux
par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
par milliers aveuglés par milliers assommés
par milliers ils meurent

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
les oiseaux il les aime trop
alors il dit Tant pis je m’en fous !

Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
un cargo venant des îles
un cargo chargé d’oiseaux
des milliers d’oiseaux des îles
des milliers d’oiseaux noyés.


Jacques Prévert / Histoires / folio... p.111







" le gardien quitte le phare et s'en va travailler au zoo 
pour soigner les oiseaux et ne plus les voir souffrir "







samedi 17 août 2019

réparation







                     Petit oiseau 
                     capturé 
                     genoux douillets 

                     une main glisse sous ses plumes 
                     caresse son ventre 
                     poursuit sa route 
                     plus bas encore 
                     s’arrête là 
                     se pose 
                     au but 

                     chaleur 

                     Petit oiseau 
                     déconcerté 
                     attend   entend 
                     ressent 

                     douceur et salissure

                     captif 
                     il se tait 
                     ne bouge pas
                     ne pépie pas
                     est aux aguets 

                     soupçon de honte 
                     ne comprend pas 
                     et pourtant   oui 
                     comprend tout bas

                     ignominie 


                     Petit Oiseau 
                     décaptivé 
                     s’envole enfin 
                     ne revient pas 
                     ne revient plus 
                     fuit cette main 
                     à tout jamais 
                     ne l’approche plus 
                     ne l’aime plus 

                     ne pas parler 
                     se taire pour oublier 
                     secret gardé 

                     de temps à autres 
                     réminiscence 
                     se rappeler 
                     apprivoiser le souvenir 
                     se taire encore 
                     faire silence de longues années 
                     tout est si loin
                     tout est enfoui
                     pourtant si près 
                     pourtant si vrai

                     enfin parler 
                     dire le secret     le partager
                     dire la main 
                     et sa glissade sous le duvet 
                     sur la peau tendre de l’enfance 
                     cette chaleur 
                     qui n’en est pas 

                     poser des mots 
                     dire le chaud 
                     cette brûlure de l’innocence 
                     cette première honte contractée 


                     Petit Oiseau 
                     sorti du nid 
                     ouvre ses ailes et se délie 
                     ses mots se posent 
                     dans une oreille qui repose 
                     un champ de roses 
                     une fleur éclose 
                     une évidence 
                     une délivrance 

                     un processus de rémission     réparation 


                     Oiseau
                     en paix    réconcilié
                     avec son ventre
                     son grand secret
                     avec cette main 
                     qui n’est plus rien 
                     qui eût été
                     un temps très loin
                     dans les abysses
                 

                     une autre main
                     enfin est née
                     réparatrice
                     et bien-aimée








vendredi 16 août 2019