mardi 11 mars 2014

l'écrire







Ne pas dire
et taire le matin
sous le voile    l’été
ramasser le passage
sortir de la maison
et marcher dans l’herbe
la rosée matinale
odeur des foins coupés
morceaux de ciel
à l’horizon jetés

le dire à l’oiseau
lui susurrer la chose
sous l’aile   là    dans le creux
le mot sera plus beau 




5 commentaires:

arlettart a dit…

Sans cet oiseau qui a chanté ce matin à la fenêtre de mon âme ...
Coïncidence , recevais ce matin ces mots que je vous offre

J... a dit…

Oui, se taire et le dire à l'oiseau
tout simplement à l'oiseau ♥♥♥

Gérard a dit…

telle une belle promenade matinale

François a dit…

Ecrire comme l'on susurre, du bout des lèvres encrer le mot.
Merci Maria pour ce doux gazouillis matinal.

Mabes a dit…

magnifique
encore