jeudi 16 octobre 2014

pleurs [4]







Tourbillons et danses folles 
dans la fange de l’histoire 

                    abstraction 
                    délivrance 
                    extraction 

lisières du ciel    les oiseaux ont soif 
et se perdent dans l’air libre 
                    leurs plumes griffent l’horizon 

lumière du temps    poudre aux yeux et caracoles 

les mots transpirent et défient les fleurs 
herbes sèches 
arrachées sur le bord du chemin 
                    on entend leurs pleurs
humiliation 

un chœur tumultueux résonne




4 commentaires:

dorio a dit…

Ressort de l'œil
Contemplation active d'un dessin
Encré au plus profond d'une vie

Ressort du clavier des formes
et des couleurs nées de la nuit

Je vois le chant du peyotl porté par les indiens Huichol
J'entends la vague d'Hokusai

Mais c'est d'un dessin unique
qu'il s'agit ici de partir
et donc de partager

pour nous réinventer



old Nut a dit…

Marie je suis heureux d'avoir retrouvé votre trace poétique...et une fois encore me laisser bousculer par vos mots...

François a dit…

Vos pleurs me suivent et me poursuivent, elles sont tristes comme des pleurs, mais d'une immense beauté.

Merci chère Maria pour votre belle constance

arlettart a dit…

Dans cette larme toute une histoire
de nacre et de fureur refermées comme boule qui roule