mardi 2 décembre 2014

l'œil du vent







L’œil du vent s’allume 
                               là-bas au plus loin 
                    une étincelle 
ses draps de vent se gonflent 
                               les mots respirent 

                    la nuit 
le gouffre    le froid   et l’or de la mer   le fou
plonge du haut de la falaise 
à l’aube   le sang sur la pierre 




3 commentaires:

brigitte celerier a dit…

beau
simplement
de mots, d'idées, de construction

Patrick Lucas a dit…

les mots s'étalent
chiffons blessés
qu'agitent le vent

Maïté/Aliénor a dit…

C'était si beau
et soudain
il fait si froid
sur les veines de la pierre.