mardi 27 janvier 2015

fièvre







La rivière s’échappe 
elle court

                    eau 

vers le jour orphelin 
de lumière 

étrangeté de l’arbre à palabres

                    le mot se fait signe

la nuit s’infiltre 
sans lune

hommage    ramage   plumage 
dans la chambre de lin 
                    écorce du ciel

cette chose impalpable 
minuscule particule 
du secret des rivières

j’ai croisé cette fièvre 
                    dans la nuit qui s’éteint




5 commentaires:

dorio a dit…

L'oiseau de Braque
a pris un sacré coup
de plomb dans l'œil

Rêveuse de Maux
lui a fait un cercueil
en bois de rose et d'églantier

L'oiseau qui songe à la force secrète
Qui anime la main du peintre
L'œil du poète

À tire d'aile
Sans trêve ni repos

arlettart a dit…

L'eau s'infiltre comme la lumière dans la moindre faille
L'espoir est aussi tenace que la feuille qui bourgeonne dans le noir du noir

J... a dit…

Etrange fièvre
♥ ♥ ♥
Mystère
J'♥♥♥

François a dit…

Le secret reste entier et sa beauté me prend.
Merci pour cela.

mémoire du silence a dit…

@ dorio ...

Oiseau
sacré
dans l'œil

Maux
cercueil
de rose

Songe
du peintre
poète

Aile
repos




@ arlettart ...

lumière et faille
tenace la feuille
noir du noir




J... ...


♥ ♥ ♥
Mi : se taire
♥♥♥




@ François ...

Le secret me prend




>>>> Belle nuit à vous et grand merci pour vos mots, votre présence