lundi 2 février 2015

derrière la toile







Derrière la toile il y a la fibre 
lignes noires 
écriture dans la paume de la main 
tissu cousu à l’œil retourné 
à l’endroit    à l’envers 
boite de Pandore 
miroir du ciel 
eau neuve à la paupière accrochée 
sur sa peau un tatouage 
un petit cœur de pierre

clé de l’énigme 
un signe   un cri 

le mot se plie 
la langue le déplie 
entre les dents elle l’écrit 
mouchoir des étoiles 
aux histoires codées 

à sa bouche une larme 
une perle de papier
trace fluorescente 
où l’âme se délie 

théâtre dans les arbres 
les aveux en chemin 
le poème s’étire 
et soupire sans fin 
ses "petites amoureuses"

l’absence n’a rien détruit 

il pleure dans ses mains 
des poussières de rosée 
de grandes vagues éclatées 
sur les rochers muets 

il gémit sur le sable 
son corps est un sanglot 
son cœur se racornit
son secret est si grand 
qu’il fait peur aux oiseaux 
au vent venu du large 
à la mer 
océan 

sur la toile de lin 
une tache a pleuré 
rouge 
au sang noir 
une agrafe 
l’a blessée





Rimbaud - Mes petites amoureuses by Léo Ferré on Grooveshark

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Rêveuse de mots à la poésie vraie.

François a dit…

Derrière la toile, la vérité de l'âme.

arlettart a dit…

Il faut toujours creuser plus encore le grain de la toile
c'est la matière même qui en est
le coeur
Pensées du soir Chère Maria

Gérard a dit…

Derrière ou devant la toile le rouge n'est jamais loin