mercredi 18 février 2015

flocon







La vérité de l’homme 
et de l’enfance recommencée 
                à cet instant rare 
de gravité 
de fin 
et de cendre 
                de rivières lointaines 
                et de sable limé 
de flux et de reflux 
de paroles ébauchées 
dans le creux de la pierre 

                sur le bord du temps 
                un flocon s’est noyé




3 commentaires:

François a dit…

"L'entendez-vous, l'entendez-vous
Le menu flot sur les cailloux ?
Il passe et court et glisse
Et doucement dédie aux branches,
Qui sur son cours se penchent,
Sa chanson lisse."

Emile Verhaeren (Chant de l'eau)

arlettart a dit…

Et voguera le flocon
le soir venu
sera lune dans le ciel

Patrick Lucas a dit…

la vérité un instant
ébauchée frôlée
s'est noyée