lundi 2 mars 2015

ligne de démarcation







Ligne de démarcation 
         sang noir 
gorge blanche sous le voile 
                   poudre de sel 
                   baiser de miel 
entre les vagues 
un chant d’écume 
il s’écume    se consume 

                 l’oiseau se pose 
                 peigne le refrain 
                 de son aile d’ange 

sous la couture 
une griffure 
une certitude touche à sa fin 
                          vol irrévocable 
                          vers le grand large 
le mot est bleu 
il est cousu au bord du ciel 
dentelle fine 
ourlée d’écume 
       baiser 
       bouche du grand naufrage 

       le vent 
       sa bouche 
       sa langue de sable 
       sa gorge pleine 
                de lait 
                de miel 
dans sa poitrine 
le gout du sel 




6 commentaires:

Miche a dit…

Ce souffle des mots
En toi...
Une respiration.

Ariaga a dit…

Tu es une grande poétesse, que dire de plus sinon que mes yeux sont humides de souvenirs anciens.

arlettart a dit…

Ligne où tout bascule ...

Patrick Lucas a dit…

trois gouttes
un peu sucrées
et sur les lèvres
un gout de rouille

Annick B a dit…

Une ligne de séparation
qui laisse une trace ineffaçable

mémoire du silence a dit…

@ Miche ...

Inspire
expire
les mots
la vie




@ Ariaga ...

chuuuuuuuuuuuuuuut !!!
bisous




@ arlettart ...

se déverse de l'autre côté...




@ Patrick Lucas ...

lèvres rouillées
au gout de sucre
goutte à goutte




@ Annick B ..

une ligne indélébile
à laquelle on s'accroche
vaille que vaille
;-)









>>>>>>>>>>>>> @ vous tous une embrasse