vendredi 25 novembre 2016

brûlure à l'âme







Soubresaut dans la poitrine 
                   le cœur cogne 
trouble
chamade
le vent se lève et souffle au cœur 
                   le sang s’agite


brûlure 
              à l’âme 


les mots      les phrases 
                            sont en panique

et les syllabes claquent et se heurtent 
au grand miroir 
les lèvres se brisent par trop de mots




au bord du temps le vent troue la voix




5 commentaires:

Arlette A a dit…

parfois le silence est brise légère qui assèche les fulgurances dévastatrices

François a dit…

Comme de voir la vérité en silence.

Annick B a dit…

"Plein de mots, plein de phrases dans la bouche pour couvrir la tempête de mon cerveau, de ma conscience, de mon esprit, mon âme ou peu importe quoi d'autre qui est à l'intérieur, car quelque chose dans ma tête murmure très bas, très bas, des mots violents, je les entends, ces mots, venus de la nuit des temps"

extrait de "visage retrouvé" Wajdi Mouawad

mémoire du silence a dit…

@Arlette A ...

parfois il est nécessaire et réparateur, mais parfois il est bon de trouver les mots pour le dire




@ François...

et de s’en faire un manteau ;-)




@ Annick B …

Merci pour ces mots de Wajdi Mouawad que j’entendis dans la bouche de Grégori Baquet (fils de Maurice Baquet) seul sur scène au Festival du Mot de La Charité sur Loire en 2015 dans « Un Obus dans le Cœur » du même Wajdi Mouawad,, cri de fureur de Wahab (Gregori Baquet) qui se rendant au chevet de sa mère mourante fait une rétrospective personnelle, une introspection. Un long monologue frontal, un corps à corps charnel avec ses sentiments, un chemin initiatique vers une vie d’adulte.
J'en ressortie à la fois bouleversée et grandie.

"Plein de mots, plein de phrases dans la bouche pour couvrir la tempête de mon cerveau, de ma conscience, de mon esprit, mon âme ou peu importe quoi d'autre qui est à l'intérieur, car quelque chose dans ma tête murmure très bas, très très bas, des mots violents, et malgré tout le bruit de l'autobus et de ma colère et les grincements de mes dents. Je les entends, ces mots ... ma mère meurt, elle meurt, la salope et elle ne me fera plus chier."

Annick B a dit…

J'ai vu cette pièce "un obus dans le coeur" il y a un peu plus de 2 semaines, c'était dans un petit théâtre, j'étais assez proche de Grégori Baquet et oui c'était impressionnant et très émouvant. J'ai acheté le bouquin "visage retrouvé" dès la pièce terminée dans l'enceinte du théâtre.