lundi 16 juin 2014

il se forme en résonance [4]







Oscillations 
courses d’enfant 
l’eau dans le seau 

l’enfant se penche 
le rêve surgit 
ce temps volé à l’insouciance 

charmante absence et joues fleuries

la peur est loin 
les jours sont bleus dans les cheveux 

enfant porté 
enfant aimé 
enfant grandi 

le vent se grise entre les lignes 
poussière du temps 
légère fureur    les draps au cœur 
la chair s’émiette dans une assiette 

la faim est grande 
la soif sèche la gorge ouverte

dire et le faire 
ce temps d’avant les noires pensées 

le rêve insiste 
il tire les pieds du ciel en piste 

la nuit    le jour   la peau de l’homme 
se froisse   et se chagrine 
plis de l’histoire 
vertes ravines





1 commentaire:

arlettart a dit…

Le temps s'en va... Madame
et suis toujours là!!!"peau froissée qui se chagrine "
Si beau ce que écrivez chère Maria