jeudi 16 avril 2015

Ô rose






J’ai lu le mot 
et l’ai mis dans mon cœur 
je me suis lavée en lui 
il a goutté dans mes veines 
et il m’a nourrie 

rivière souterraine 
pépites de mot   pierres précieuses 
la lumière sort de l’ombre 
papier cristal au regard encré 
or de la sève 
où l’œil se liquéfie 
brisures du noir entre mes doigts 

j’ai lu le mot 
il était encensoir 
creuset de mon histoire 
fil tendu d’un cerf-volant 
filet d’eau en sursis 
à mes lèvres tari
ami de mes humeurs vagabondes

la rivière a fait son lit 
sur ma table de chevet 
un mot gorgé d’Ô rose




7 commentaires:

arlettart a dit…

Rose
en mots entre- ouverts de secrets
Rose
en boutons de promesses
Rose
Effeuillée par le vent des regrets

Anonyme a dit…

La poésie vous nourrit. Je vous lis régulièrement et cela me fait tant de bien, mais je ne sais pas commenter, l'anonymat me va très bien.
Je lis et je vous dis merci.

Gérard a dit…

pas mots roses du tout

O a dit…

O se gorge rose
de vos mots Ô

mémoire du silence a dit…

@ arlette ...

Merci Arlette en réponse un caviardage :

mots secrets
promesses
Rose
effeuille le vent




@ Anonyme ...

merci.




@ Gérard ...

ni mots Sade non plus
;-)




@ O ...

je dis Ô à O
le rose-gorge




>>>>>>>>>>>> à vous tous grand merci

sido a dit…


Poésie des profondeurs cheminant telle l'eau de la source puis éclatant à la lumière en mille facettes bleutées ;
Poésie des mots, vagabondant au fil de l'eau.

mémoire du silence a dit…

@ sido ...

Poésie de l'eau
bleutée de mots
vagabonde au fil